Les pionniers Carlsberg

En 1845, un jeune brasseur danois fait le déplacement de Copenhague à Munich pour se procurer une levure spéciale pour sa bière. Il s'appelle J.C. Jacobsen et le nom qu'il donne à sa nouvelle brasserie est Carlsberg. Probablement le début d'une belle histoire.

Faites défiler pour en savoir plus

Les pionniers Carlsberg

J.C.
Jacobsen

Probably the first hipster

Faites défiler pour en savoir plus

Probably The First Hipster

JC Jacobsen est né en 1811 et a brassé sa première bière dans sa cave. En 1847, il a fondé sa première micro-brasserie à Copenhague. Il croyait en la science et partageait ses connaissances avec ses collègues brasseurs. Il aimait et soutenait la musique et les arts, et était très impliqué en politique et dans la société. Un véritable hipster danois au look caractérisé par ses nœuds papillons et sa barbe remarquable.

Qui est donc Carlsberg?

Comme vous le savez maintenant, Carlsberg n’était pas le nom du fondateur, mais bien celui de sa brasserie, ainsi nommée en l’honneur de son fils Carl et de l’endroit où elle fut fondée : la montagne Valby (« bjerg » en danois), montagne que nous montons encore à vélo de nos jours.

Open Source avant la lettre

La création du Laboratoire Carlsberg par JC Jacobsen en 1875 a fait de Carlsberg la première grande entreprise industrielle au monde à investir massivement dans la recherche et le développement. Ce qui était encore plus révolutionnaire, c’était que toutes les découvertes réalisées dans le labo étaient librement partagées avec le reste de l’industrie brassicole. De la même façon, la levure était distribuée directement de la tour à levure Carlsberg, et ce, jusqu’en 1988. Comme monsieur Jacobsen le disait si bien, il n’y a aucune raison de craindre la concurrence alors que nous brassons probablement la meilleure bière au monde.

Une bonne bière, accessible à tous

La ligne de pensée de JC Jacobsen était de faire une bonne bière, et ce, « sans penser aux profits immédiats ». Il a d’ailleurs été en conflit avec d’autres brasseurs qui considéraient qu’il cassait le marché de la bière en offrant ses produits à des prix très bas. JC leur répondait que c’était son travail de brasser « la meilleure et la moins chère des bières possibles », en ajoutant qu’« il poursuivrait sur cette lancée même s’il ne devait faire aucun profit du tout ». Louanges à JC.

Le premier remue-méninges de l’histoire

Tous les vendredis, JC organisait une soirée portes-ouvertes. Scientifiques, artistes, écrivains, acteurs et musiciens prenaient part à un repas 9 services en compagnie de monsieur Jacobsen, afin d’y partager des idées. C’est probablement lors de l’un de ces repas en 1876 que le brasseur eut l’idée d’établir la fondation Carlsberg qui allait dorénavant diriger le laboratoire Carlsberg. Depuis ce jour, la fondation soutient les sciences et la recherche. Découvrez les activités de la fondation.

Probably the Biggest Fan of Denmark

JC aimait beaucoup son pays. Malgré son travail très prenant à la brasserie, il était très impliqué en politique, il était aussi un bienfaiteur pour la société danoise et il légua une part importante de sa fortune aux monuments et musées nationaux. Parfois, il était également très impliqué dans l’élaboration de plans d’architecture. Il n’était peut-être pas le meilleur client dont un architecte aurait rêvé, mais certainement un mécène exemplaire.

L’union des passionnés de la bière

Tout au long de sa vie, JC a visité de nombreuses brasseries à travers l’Europe, favorisant ainsi un partage permanent de savoir et de technologie et, par conséquent, l’amélioration de la brasserie. En 1879 par exemple, Carlsberg a installé le premier appareil de réfrigération permettant une fermentation de fond à basses températures. Probablement une des nombreuses premières de l’histoire.

Et le gagnant est...

Au cours d’une exposition à Vienne en 1873, JC Jacobsen s’est vu décerner la prestigieuse médaille du progrès pour brasseur. Et son succès a été renouvelé en 1878, lors de l’exposition commerciale internationale de Paris, où il s’est vu décerner le grand prix. Historiquement, nous avons donc probablement la meilleure bière au monde.

Probably the Toughest Dad

JC était un père très exigeant qui n’éleva pas son fils dans du coton. Carl est aussi devenu un grand brasseur, mais il avait ses propres idées. Comme le dit le dicton, trop de cuisiniers gâtent la sauce - ou plutôt la bière. Rapidement, une compétition féroce s’est installée entre le fils et son père. À cause de leurs nombreuses disputes, JC a choisi de ne pas léguer sa brasserie à son fils, mais plutôt à la fondation Carlsberg. C’est en 1887, juste avant la mort de JC, que les deux hommes se sont réconciliés.

The Carlsberg Pioneers

Carl
Jacobsen

Une vie dédiée à la bière et à la beauté

Faites défiler pour en savoir plus

Probably the First Student Exchange Programme

De nos jours, il est commun de voir des étudiants voyager à l’étranger dans le cadre d’échanges étudiants. Ce n’était pas le cas durant la jeunesse de Carl, mais monsieur Jacobsen senior était, comme à son habitude, en avance sur son temps et désirait que son fils reçoive une éducation dans diverses régions de l’Europe. Carl a donc passé 4 ans en France, en Allemagne, en Autriche et en Écosse où il s’est familiarisé avec les bières anglaises les mieux fermentées. Il est revenu à la maison avec les deux plus grands trésors de sa vie : une grande connaissance de la bière ainsi que sa fiancée Ottilia.

Désaccords de brassage

Lors du retour de Carl en 1871, JC lui a loué la nouvelle annexe à la brasserie. Le plan de JC était que son fils Carl se charge de la production de la bière brute et de la brune, ce qui laisserait à son père la production de la blonde. Malheureusement la nouvelle bière n’ayant pas connu un grand succès, Carl décida de se lancer dans le brassage d’une blonde en compétition directe avec son père. Cela ne marcha guère mieux.

Probably One Of The First Trademark Righs Disputes

Après cet affrontement avec son père, Carl décida de lancer sa propre brasserie. C’est en 1882 que le projet prit forme et il la nomma la Ny (nouvelle) Carlsberg. À ce moment, père et fils était en désaccord sur tout ce qui concernait les nouveaux plans d’expansion du produit ainsi que sur le nom de cette nouvelle brasserie. JC ne voulait absolument pas que Carl utilise le même nom et le poursuivit en justice. Carl gagna la bataille. JC avait en face de lui un adversaire de taille.

L’art du brassage de la bière

Cette nouvelle brasserie rencontra le succès. Carl combina sa formation à l’étranger, son expérience vécue durant son premier projet en tant que brasseur ainsi que ses contacts avec pratiquement tous les brasseurs européens, pour créer une brasserie modèle. Il embaucha l’architecte Vilhelm Dahlerup et le maître d’œuvre P.S. Beckmann pour créer la nouvelle cheminée de son usine. La nouvelle construction ne ressemblait en rien à une cheminée industrielle. En effet, elle était d’une hauteur de 56 mètres et était décorée de fleurs de lotus égyptiennes ainsi que de gargouilles semblables à celles que l’on retrouve sur la cathédrale Notre-Dame à Paris. Elle est considérée comme l’une des 10 cheminées les plus créatives au monde. Carlsberg a ainsi atteint de nouveaux sommets.

Le pouvoir de la beauté

Carl a grandi entouré d’art et a débuté sa propre collection lorsqu’il était très jeune. Il croyait que « l’art ne devait pas seulement être destiné aux gens riches. Il devait être accessible à tous, afin qu’ils puissent ressentir le pouvoir de sa beauté. » Il a établi plusieurs fondations pour soutenir les arts, il a aussi ouvert sa propre collection au public et, finalement, en 1882, il a fondé la « NY Carlsberg Glyptoteck » à Copenhague. Vous connaissez probablement la statue de la petite sirène. Il s’agit en fait d’un autre cadeau de la part de Carl à sa ville adorée. À l’instar de son père qui avait établi la fondation Carlsberg pour soutenir les sciences, Carl a établi la nouvelle fondation Carlsberg pour soutenir l’art. Père et fils avait probablement plus en commun qu’ils ne voulaient l’admettre...

Naissance d’une icône

Le célèbre logo Carlsberg vit le jour en 1904 lorsque Carlsberg senior fit appel à l’architecte danois Thorvald Bindesboll pour dessiner une étiquette pour la Carlsberg Pilsner. Le logo et l’étiquette, toujours utilisés de nos jours, sont devenus emblématiques et ont été récompensés par le premier prix du Centre danois de design.

Une rose par jour...

Vers la fin de sa vie, Carl Jacobsen a développé des habitudes plutôt excentriques. En effet, tous les jours, son jardinier lui apportait une rose rouge foncée qu’il portait tout au long de la journée entre ses dents. Il croyait que l’odeur de la rose ajoutait de la beauté à sa vie.

Mieux vaut une Carlsberg que deux

En 1906, la nouvelle et l’ancienne Carlsberg ont officiellement été réunies sous la fondation Carlsberg. Carl Jacobsen est alors devenu le premier directeur général des Brasseries Carlsberg. Il a aussi instauré un fonds de pension ainsi qu’un horaire de travail de huit heures par jour pour ses employés. Probablement un des pionniers en ce qui concerne les droits des travailleurs.

The Carlsberg Pioneers

Emil C.
Hansen

L'homme de la levure Carlsberg

Faites défiler pour en savoir plus

Un parcours difficile…

Emil venait d’une famille très pauvre et excentrique. Durant sa jeunesse, il a touché à tout pour gagner sa vie : il fut comédien au théâtre et peintre en bâtiment, il envisagea une carrière artistique et entrepris des études pour devenir enseignant. Il fut également écrivain. À une époque, la pauvreté l’a même poussé à considérer un voyage vers le sud afin de rejoindre les troupes de Garibaldi en Italie.

La lumière au bout du tunnel

Heureusement pour lui et pour tous les amateurs de bière du monde, il décrocha un emploi comme précepteur. Il pouvait enfin financer ses études et a même décroché une médaille d’or de l’université de Copenhague pour ses études sur les champignons danois. Puisque qu’il existe de nombreuses ressemblances entre les champignons et la levure, Emil a rapidement été engagé par Carlsberg en tant que chercheur sur les « organismes présents dans la bière ».

Une bonne bière est de la science

C’est en 1883 qu’il a dévoilé son système de culture de levure pure. Hanson avait compris qu’une « mauvaise bière » ne résultait pas uniquement d’une infection bactérienne, comme pouvait le prétendre Pasteur, mais qu’il s’agissait plutôt de contamination par une levure sauvage. Il a alors travaillé à isoler une bonne cellule de levure qu’il a ensuite multipliée dans un processus de culture pure. La nouvelle « Levure de fond #1 Carlsberg » a ainsi fait son apparition et la production a débuté en 1883, avec beaucoup de succès.

Une célébration de l’amour de la bière

En 1902, Hansen a célébré sa 25e année de travail pour Carlsberg et s’est vu remettre une médaille d’or de la part de monsieur Carl Jacobsen. La récompense était une reconnaissance de son impact comme un des pionniers les plus influents dans l’industrie de la fermentation.

The Carlsberg Pioneers

Søren P.L.
Sørensen

Ou quand la chimie rencontra la bière

Faites défiler pour en savoir plus

Comment mesurer une bonne bière

Savez-vous que la mesure pH a été développée chez Carlsberg ? C’est Søren Sørensen, chef du département des laboratoires chimiques de Carlsberg qui l’a inventée en 1909. pH veut dire « pouvoir de l’hydrogène » et la mesure permet de calculer l’hydrogène présent dans la solution pour en déterminer le taux d’acidité sur une échelle de 0 à 14. Pour le procédé de brassage, la mesure pH est révolutionnaire et ses applications n’ont pas de bornes dans d’autres champs d’application. Impressionnant sur une base de 1 à 10 ? Probablement 10.

Une chimie formidable

Søren Sørensen fut à la tête du département des laboratoires chimiques de Carlsberg de 1901 à 1938. Il mena des recherches pionnières sur les protéines, acides amino et enzymes – la base de la chimie des protéines d’aujourd’hui. Les laboratoires Carlsberg abritaient d’autres expériences chimiques formidables car Søren avait épousé Margrete Hoyrup, son assistante.

Probably the best

Brewmasters...

Faites défiler pour en savoir plus

Le maître olympique

Eugen Stahl Schmidt était maître brasseur dans l’ancienne brasserie Carlsberg de 1885 à 1899. Il possédait également une passion extraordinaire pour tous les sports. À tel point qu’il a participé avec succès aux deux premières éditions des Jeux olympiques. En 1896, à Athènes, il termina quatrième au 100 mètres. En 1900, à Paris, il remporta la médaille d’or avec une équipe scandinave mixte pour l’épreuve du tir à la corde. Oui, vous avez bien lu, le tir à la corde était alors une discipline olympique. Probablement en forme pour un maître brasseur.

Le maître des festivités

Alexander Reumert était maître brasseur dans la brasserie annexe en 1882. Il avait épousé Ellen Marie S Reumert. Elle avait une formation de musicienne mais est devenue célèbre au Danemark en tant que romancière. Ils vivaient dans le quartier Carlsberg dans une grande maison qui accueillait des fêtes mémorables pour ses invités et amis artistes. Un brasseur et une artiste... Probablement une association réalisée au paradis de la fête.

Le maître fana de design

Søren A. van der Aa Kühle était maître brasseur et directeur de l’ancienne brasserie Carlsberg en 1880. Il était très intuitif en affaires, comprenait parfaitement le potentiel industriel des découvertes d’Hansens et jeta les bases de l’unification des ancienne et nouvelle brasseries Carlsberg ainsi que de la fusion entre Carlsberg et Tuborg. Il s’intéressait également beaucoup au design. On raconte que sa maison était toujours ouverte aux artistes et designers. Il embaucha Bindesbøll pour élaborer l’étiquette et le logo de la Pilsner Carlsberg, toujours utilisés à l’heure actuelle. Il aimait tellement le style de Bindesbøll que tous ses meubles et apparemment même sa pierre tombale furent dessinés par l’artiste.

Le maître du 7e art

Fils de Søren et célèbre réalisateur danois, Kay Van der Aa Kühle a réalisé plusieurs films et était le directeur de la société de production danoise Filmfabrikken. Il aurait volé la seconde femme de Carl Jacobsen, Lily. Rien d’étonnant donc à ce que, à la fin de sa vie, il soit retourné aux racines de son père et devenu maître brasseur. Il ne pouvait pas travailler chez Carlsberg et a donc été travaillé pour Wiibroes, la brasserie de la famille de sa mère.

Le maître de l'anguille

Johannes Schmidt travaillait au laboratoire de Carlsberg en tant que biologiste et avait épousé la fille de Van Der Aa Khüle, Ingeborg. Malgré un très bon travail de recherche sur le houblon, les anguilles et la recherche de l’endroit où elles se reproduisaient le maintenaient éveillés la nuit. Heureusement, il travaillait au bon endroit. Carlsberg, qui aimait beaucoup les sciences, décida de financer son expédition, même si elle n’avait rien à voir avec la bière ! L’Expédition Dana lui permit d’explorer les océans du monde entier pendant deux ans et de finalement identifier la zone de reproduction des anguilles et remporter la médaille Darwin. Probablement.

Le maître des planches

Andreas Weis était un jeune maître brasseur qui vivait sur le domaine de Carlsberg en 1880. À l’époque, la brasserie était très éloignée de la ville, loin de tout divertissement. Dès lors, Andreas et un chimiste appelé Kjeldhal, tous les deux employés de Carlsberg et passionnés par l’art et la littérature, fondèrent Kwims, une petite compagnie théâtrale très active. La compagnie comptait également des artistes bohèmes qui vivaient sur le domaine de Carlsberg :Frans Schwartz et Søren Ludvig Tuxen. Un excellent choix, surtout quand il fallut créer les affiches pour leurs spectacles.